Première expérience libertine

29 déc

Après quelques temps à échanger, Laurent nous rend visite en cette belle soirée d’été 2017.

Ponctuel (20h), il a avec lui une bouteille de champagne et des gourmandises de sa région.

Il est conforme à la description et aux photos. La quarantaine, athlétique, style décontracté, plutôt bel homme et un contact simple et franc.

Nous échangeons quelques mots avant de retrouver « L » qui nous attend dans un studio  attenant à notre maison (Le boudoir).

Le courant passe bien tout comme ce fut le cas au téléphone mais bien qu’ayant quelques expériences dans le libertinage, il me confie être un peu tendu. Je le suis bien plus.

J’avais prévenu notre visiteur que nous « attaquerions » directement, le scénario souhaité par ma femme pour cette première étant d’être présentée les yeux bandés alors même qu’elle ne connait rien de lui.

Echange de SMS avec « L » afin de m’assurer qu’elle est prête à nous accueillir. Elle m’informe être tendue et se battre avec son bandeau (un foulard de soie noir) et finalement m’indique que nous pouvons venir mais qu’elle ne sait si elle pourra se détendre…

Nous entrons, pièce cosy, « L » est assise sur le bout de lit face à l’entrée.

Kimono court noir laissant entrevoir son décolleté rehaussé d’un tour de cou de satin noir, escarpins rouge, jambes croisées et nues, la température ne se prêtant pas au port de bas. La vision est fabuleuse.

En dehors d’une photo de notre couple, habillé, Laurent ne connait rien de ma femme, je le laisse donc découvrir son cadeau.

Spectateur de la rencontre, je guète les réactions de notre partenaire. C’est un instant important (va-t-elle lui plaire ?) et de délice pour lui comme pour moi.

Ils se saluent, presque timidement, je m’approche de « L » et lui prend la main pour qu’elle se lève.

Campée sur ses talons, elle est légèrement plus grande que lui (il mesure 1m80). Ces jambes sont superbes et les talons en rehaussent toutes leurs beautés. Il en fait la remarque, il apprécie.

J’ouvre le kimono laissant apparaitre la guêpière de dentelle noire et rouge (Rouge-Gorge, notre lingerie préférée), décolleté pigeonnant sur sa superbe poitrine opulente.

Il est en arrêt, il profite silencieusement puis confirme combien elle est délicieuse et très à son goût. D’une voix si douce et si peu assurée « L » le remercie de ses compliments. Elle est vraiment tendue et le dit.

Je suis fier, fier et soulagé que ce premier contact soit aussi bon.

Face à elle, de ses mains, de ses lèvres, Laurent part à la découverte de madame, je me place derrière elle. Il explore chaque endroit tendrement, lentement. Il prend son temps, il profite, il est doux. J’en fais de même susurrant des mots doux et crus à l’oreille de ma femme.

Alors peu à peu, contre moi, je la sens se détendre et se laisser aller.

Elle lui ôte alors sa chemise pour commencer elle aussi son exploration, ils s’embrassent goulûment, à pleine bouche, à pleine langue, je sais et je sens alors que « la machine » est en route, son corps et sa respiration ne trichent pas.

Debout devant le lit, de longues minutes, c’est une succession de caresses, de léchage, d’attouchements, maintenant réciproques. Le corps de « L » est investi par 4 mains baladeuses.

Alors Laurent lui retire son tanga et, à genoux, part à la découverte de son sexe alors que de mes doigts je constate combien le désir monte chez ma femme. Elle annonce être trempée, je le confirme, la température monte d’un cran.

Il est temps pour « L » de nous déshabiller. Elle ôte alors son bandeau et découvre notre compagnon, aucun doute, mon choix est validé.

A genoux, elle nous avale à tour de rôle. Une queue dans chaque main, elle suce doucement, divinement. Laurent apprécie, ses soupirs en disent long.

Sa queue est belle, normalement épaisse mais plus longue que la mienne. Il est bien monté, j’en suis ravi et je bande à voir ma femme s’en régaler ainsi.

Nous relevons « L » et à genoux sur le bout de lit, jambes écartée, elle peut sentir contre son cul la vigueur de notre compagnon. Elle se colle au membre, bouge dessus, elle sait y faire pour qu’il durcisse et pour lui faire sentir combien elle a maintenant envie de lui.

Il est temps de passer au lit.

Madame est léchée, nous sommes à nouveau sucés. Elle est prise à tour de rôle, plus ou moins vigoureusement. Je l’ouvre, l’écarte largement comme elle aime tant l’être et je l’offre.

Je suis aux premières loges pour voir cette belle queue la remplir doucement, c’est une première et j’adore ça ! Elle se cambre, profite, il accélère, elle n’est que plaisir et peine à me garder en bouche.

Succession de situations, « L » est la reine de la soirée et nous sommes source de sa jouissance.

Pause, il se fait faim et nous avons besoin de souffler.

Apéro dinatoire au champagne, sous la pergola. Nous nous entendons bien, les sujets sont variés, la discussion est fluide, ce moment dans la douceur d’une soirée d’été est très agréable et nous redonne des forces.

Alors que la nuit est maintenant tombée nous retournons au boudoir pour une deuxième séance toute aussi intense, la tension du début en moins.

Les ébats se prolongent, s’intensifient, les hommes sont vidés et « L » est tremblante, comblée.

Tous 3 allongés nous reprenons notre souffle, dernières caresses, nous reprenons doucement nos esprits.

Il est 1h30, Laurent nous quitte avec la promesse de se revoir, de renouveler ces moments et d’explorer d’autres terrains, à peine défrichés ce soir…

« M »

SONY DSC

2 Réponses à “Première expérience libertine”

  1. courroux 10 avril 2018 à 22 h 43 min #

    adorable récit cela est tres excitant et bien tourner si j avais pu convaincre madame par le passé ceci était mon fantasme premier peut etre le vivrai un jour

  2. marelle72 11 avril 2018 à 12 h 04 min #

    Merci pour votre appréciation.
    Très excitant oui et effectivement je m’attache à relater le plus fidèlement et le mieux possible ces moments de notre intimité.

Laisser une réponse

le cours de français croust... |
Coinsexe |
Coralie de Nantes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un mâle... des mots
| Desirlove
| Ljosalfheim