Rencontre prometteuse

15 déc

Ma belle est en contact avec Adrien depuis mi-septembre et visiblement cela fait plus que « matcher » entre eux deux.

Pourtant, pour une première rencontre, elle hésite à lui ouvrir notre porte et nous devons le retrouver autour d’un verre en ville. Un premier rendez-vous est fixé mais un impondérable l’oblige à l’annuler au dernier moment.

Mi-décembre, ils trouvent une seconde date mais cette fois-ci, il aura les faveurs de notre logis, la « relation » ayant visiblement évoluée entre-temps.

Rendez-vous est pris en semaine à 20h30 mais, une heure avant son arrivée, L me confie de pas être « dans le truc », ne pas avoir envie de coquiner ce soir.

Néanmoins, comme à son habitude et c’est là aussi l’intérêt de nos rencontres, elle se prépare méthodiquement pour un résultat toujours aussi délicieux.

Une fois n’est pas coutume, c’est elle qui accueille notre invité.

Robe moulante magnifiquement décolletée, chaussée de ses escarpins et finalement motivée, déterminée et terriblement sexy, elle va donc à sa rencontre.

Douce musique que ses talons qui claquent sur le sol, quintessence de mon fétichisme, exacerbation de mes sens, la voir évoluer ainsi est toujours un énorme plaisir.

Il est fidèle à ses photos, la petite quarantaine en paraissant guère plus que 30, plutôt beau gosse, blond (notre premier), il est grand (plus de 1m90), avenant, le contact est franc.

Ma femme invite Adrien à prendre place à ses côtés sur le canapé et je m’occupe du service, apportant les plats et remplissant les verres avant de m’installer dans le fauteuil leur faisant face.

Les discutions vont bon train entre nous trois, le rapprochement entre eux deux aussi.

Ils sont tout de suite très connectés, les mains se frôlent puis se touchent, leurs doigts s’entrelacent. Ils ne tardent pas à s’embrasser doucement, puis s’étreindre et rapidement se dévorer fougueusement.

Souvent, lors des premières rencontres, après les amabilités d’usage, les échanges qui « glissent » sur le terrain du libertinage et permettent de mieux faire connaissance , il est nécessaire que je donne un coup de pouce pour encourager le rapprochement. Parfois, L a aussi besoin de ce moment pour se mettre dans l’ambiance, mais aujourd’hui, avant même que la première flute soit terminée, ils sont déjà furieusement enlacés.

Alors durant une petite heure, c’est une succession de moments d’échanges à 3 et d’autres faits d’étreintes torrides entre eux deux. Pourtant ils ont bien du mal à se séparer plus de 5 minutes d’affilé. Il semble que nous aurons bien du mal à terminer cet apéro dinatoire…

Car maintenant elle est lascive au fond du canapé, un moment gourmande dans ses baisers, un autre se laissant dévorer, les yeux mi-clos, tête renversée sur l’appui-tête du canapé, elle s’offre à ses premières caresses.

Je les laisse se chauffer un moment avant de les rejoindre, je ne perds rien de l’intensité de ces moments.

Encore habillé il est à genoux entre ses jambes et, corps tendu et cambré vers lui, la robe troussée, elle s’ouvre déjà au plaisir, poussant son bassin vers son érection qu’elle sent déjà à travers son pantalon.

Alors que les caresses d’Adrien se font plus précises à travers le string, je m’occupe de la poitrine de ma femme à travers son soutien-gorge. Nous retardons le moment où nous la déshabillerons.

Attiré par sa braguette bien remplie, je viens vérifier la dureté de notre invité, il en fait de même avec moi. Nous sommes visiblement tous les deux dans de très bonnes dispositions…

Alors qu’il mime une pénétration et que je suis à bonne hauteur du visage de ma femme, il lui attrape son visage et le plaque contre mon sexe encore prisonnier. Son geste est ferme, L aime cela et il le sait.

La montée des escaliers vers notre chambre est un pur moment de bonheur.

Maintenant simplement « vêtue » de son porte-jarretelles et ses bas, elle a encore ses escarpins. Son déhanchement, son cul qui chaloupe, cambrée à souhait, les seins arrogants, elle est superbe, terriblement désirable.

Ce n’est pas la première fois que je peux profiter de ce spectacle mais cette montée restera longtemps gravée dans ma mémoire, tout comme, j’en suis sûr, dans celle d’Adrien.

Arrivés dans la chambre, ils se font face.

Un à un, elle lui ôte les boutons de sa chemise pour prendre possession de son poitrail puis s’attaque à la ceinture et au pantalon afin d’en faire sortir une queue de belle dimension. A genou, elle le goute un moment avant que nous l’allongions sur le lit.

Premiers préliminaires, nos corps se mélangent. Mains, doigts, langues, nous prenons le temps de nous occuper de ma belle. Cunnilingus par l’un, fellation pour l’autre. D’un côté, de l’autre, sur le dos, sur le ventre, à 4 pattes, les positions et les rôles se succèdent.

En levrette, elle profite de mes assauts, la bouche remplie par Adrien, puis, partageur, je veux lui laisser ma place mais son érection, par deux fois, ne supporte pas l’épreuve du préservatif. Alors, nous nous occupons tous les deux de lui, fellation à deux bouches, il apprécie, il est à nouveau dur.

L est maintenant à califourchon sur notre ami et je le guide en elle. J’adore être celui qui pénètre ma femme avec une autre queue que la mienne.

J’aime aussi être spectateur lorsqu’elle est ainsi sur un homme car, chose impossible lorsque je suis à sa place, je peux pleinement profiter de la vue de son superbe cul à la fesse gauche tatouée de mon « M » s’empalant sur cette colonne de chair. Je peux observer ses seins lourds qui ballottent au rythme de leur chevauchée.

Je quitte un moment mon poste de voyeur et j’alterne entre fessées et baisers sur ses fesses, excitation de son petit trou de mes doigts et de ma langue.

Ils se séparent un moment, Adrien me prend en bouche avant que je prenne sa place pour quelques instants mais à rester trop longtemps spectateur, je ne suis plus aussi dur. Alors, de longues minutes, L sur le dos, je me délecte de son sexe, le lèche, aspire ses lèvres, titille, mordille son clitoris, je m’abreuve à la source de son plaisir.

Comme bien souvent, elle retarde sa jouissance et même si je reconnais poindre son plaisir, elle résiste. Elle est rivière, je suis rassasié et ma langue est épuisée.

Adrien est maintenant sur elle dans un vigoureux missionnaire. Il est endurant et ses coups de reins sont puissants. Il a décidé qu’elle jouirait mais elle n’ pas l’intention de se rendre sans « combattre ».

Il est dominant et elle aime ça mais elle est rebelle et obstinée. Ils se défient du regard et elle met dans le sien toute la lubricité dont elle est capable. Elle semble aussi lui dire « tu peux y aller, je ne cèderais pas » alors il y va, plus fort encore et, une main autour de sa gorge, il sert sans toutefois aller à l’asphyxie.

C’est peu dire qu’il la baise fort et longuement et lorsque nos regards se croisent, je peux lire dans le sien combien elle prend plaisir et aime être ainsi prise devant son mari. Dans ces moments, ces échanges silencieux entre nous deux sont toujours aussi délicieux, plaisir de couple candauliste.

Elle a aimé d’être ainsi contrainte et a adoré ses assauts mais pourtant, il ne la fera pas crier et après de longues minutes à la pilonner, il se retire et lui offre son jus dont, gourmande, elle ne perd pas une goute.

La nuit est déjà bien avancée (il est plus d’1h du matin), nous prenons quelques instants pour échanger avant de se quitter, ma femme toujours très collée à son amant du soir.

Nous sommes enchantés de notre soirée et Adrien part visiblement content de la sienne.

Nous ne faisons pas de classement de nos rencontres et elles sont toutes agréables mais cette soirée avec Adrien tient le haut du pavé.

Beaucoup de partage, une belle osmose entre nous trois, un étalon vaillant qui a su prendre son plaisir sans oublier le nôtre, qui a bien apprécié nos jeux entre hommes et qui a su exploiter le côté soumise de la belle, pour son plus grand plaisir.

Durant la soirée mais aussi au travers nos échanges les jours suivants, il s’est créé une complicité entre lui et moi et nul doute que nous organiserons une surprise pour ma coquine, un second rendez-vous pour poursuivre notre découverte et continuer de jouer avec elle…

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

le cours de français croust... |
Coinsexe |
Coralie de Nantes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un mâle... des mots
| Desirlove
| Ljosalfheim